Starless

National / Afraid Of Everyone

Runaway aurait dû se retrouver ici. Dès la première écoute, ce morceau m'a tellement bouleversé que j'ai mis quelque temps à m'en remettre, le passant fébrilement en boucle dès que je pouvais. Mais avec le temps s'est peu à peu révélé Afraid of Everyone, qui payait moins de mine au premier abord. Bien, pas mal du tout même, mais moins intense émotionnellement parlant. Quelle erreur ! En vérité, là où Runaway touche le coeur du premier coup de manière un peu convenue, Afraid of Everyone emprunte des voies nettement plus détournées pour parvenir au même but. Sa grande force selon moi réside dans une tension sourde, un tempo plus rapide, une répétition vite entêtante, des choeurs, une guitare, des cuivres, une mélodie et un phrasé qui chavirent le coeur dans une progression implacable de peur, de violence et d'impuissance. Cette évolution du ressenti entre les deux morceaux me rappelle d'ailleurs le choc immédiat de La Nuit je mens, d'Alain Bashung, alors que c'est la moins évidente Fantaisie militaire qui aujourd'hui m'émeut le plus dans l'album du même nom.

26 octobre 2010

Vidéo / Afraid Of Everyone

Late Show de David Letterman, 13 mai 2010.

Auteurs

Paroles : Matt Berninger. Musique : Aaron Dessner. Arrangement des choeurs : Sufjan Stevens.

Paroles

Venom radio and venom television
I'm afraid of everyone, I'm afraid of everyone
They're the young blue bodies
With the old red bodies
I'm afraid of everyone, I'm afraid of everyone

With my kid on my shoulders I try
Not to hurt anybody I like
But I don't have the drugs to sort
I don't have the drugs to sort it out
Sort it out

I'll defend my family with my orange umbrella
I'm afraid of everyone, I'm afraid of everyone
With my shining blue star
Spangling tennis shoes on
I'm afraid of everyone, I'm afraid of everyone

With my kid on my shoulders I try
Not to hurt anybody I like
But I don't have the drugs to sort
I don't have the drugs to sort it out
Sort it out
I don't have the drugs to sort it out
Sort it out

You're the voice that's swallowing my soul, soul, soul.

Feuilleter

Chercher

© René-Luc Bénichou / 2005-2019. Page éditée le 20 avril 2019.