Starless

Boduf Songs / Lion Devours The Sun

Pochette de l'album "Lion Devours The Sun" de Boduf Songs

2006, Kranky

Mathew Sweet se défend de faire du folk. Certes, il ne gratouille pas la guitare à la manière de toutes les Joan Baez passées, présentes et à venir – jamais d'accords, seulement de la broderie de motifs et d'arpèges. Certes encore, son filet de voix est aux antipodes des célestes envolées de Crosby, Stills, Nash and Young. Pour autant, je ne vois pas bien comment qualifier autrement ces chansons intimistes qu'il a enregistrées tout seul chez lui, sur un simple quatre pistes, et que sa maison de disques a eu l'éclair de génie de conserver en l'état. S'il fallait oser une comparaison, je dirais que les Red House Painters de Mark Kozelek étaient de joyeux lurons à côté de toutes les facettes de la dépression et de la tristesse que nous fait entendre Boduf Songs. L'album se referme sur un Bell Of Harness d'abord carrément plus suicidaire que tout le reste, avant de tourner, au bout de 5 minutes et quelques, à une « vraie » chanson, plus orchestrée et mélodique que les autres. Pour la première fois, on « entend » que les yeux de Mathew Sweet quittent ses chaussures et se lèvent vers les cieux à la recherche d'autre chose – une éclaircie, une colombe, un rayon de soleil, l'espoir d'une vie meilleure ? L'on ne sait pas vraiment, mais Dieu que c'est magnifique !

13 octobre 2013

Vidéo / Bell For Harness

Version originale.

Chansons de l'album

  1. Lord Of The Flies
  2. Two Across The Mouth
  3. That Angel Was Pretty Lame
  4. Great Wolf Of No Tracks
  5. Green Lion Devours The Sun, Blood Descends To Earth
  6. 27th Raven's Head (Darkness Showing Through The Head Of The Raven)
  7. Please Ache For Redemptive
  8. Fall Of Cherry Blossom In Long Shadows Of Twilight
  9. Bell For Harness

Crédits

Musiciens

Boduf Songs est Mathew Sweet (chant, guitare).

Auteurs

Écrit et composé par Mathew Sweet.

Production

Enregistré par Mathew Sweet chez lui.

Parution et label

2006, Kranky.

Chercher

© René-Luc Bénichou / 2005-2019. Page éditée le 20 avril 2019